Un petit oiseau, un petit poisson… (et Jeanne Moreau)

  • … s’aimaient d’amour tendre
  • Mais comment s’y prendre
  • Quand on est dans l’eau?

Jeanne Moreau est morte à l’âge de 89 ans

L’actrice, à la beauté sensuelle et à l’inimitable voix grave, qui a fasciné les plus grands réalisateurs, a été retrouvée morte à son domicile parisien.

Le Monde.fr avec AFP |  • Mis à jour le 

La comédienne, chanteuse, actrice et réalisatrice Jeanne Moreau est morte lundi 31 juillet à l’âge de 89 ans, a annoncé son agent à l’Agence France-Presse lundi. L’actrice à la beauté sensuelle et à l’inimitable voix grave, qui a fasciné les plus grands réalisateurs au cours d’une carrière de soixante-cinq ans, a été retrouvée morte à son domicile parisien, a précisé Jeanne d’Hauteserre, maire du 8e arrondissement. Elle a été retrouvée par sa femme de ménage tôt lundi matin, selon plusieurs sources.

Née le 23 janvier 1928 à Paris d’un père restaurateur et d’une mère danseuse anglaise, l’inoubliable interprète de la chanson Tourbillon dans Jules et Jim, de François Truffaut, a tourné dans plus de 130 films. Le président Emmanuel Macron a rendu hommage à « une artiste qui incarnait le cinéma dans sa complexité, sa mémoire, son exigence ».

« Il est des personnalités qui à elles seules semblent résumer leur art. Jeanne Moreau fut de celles-ci. (…) Sa force fut de n’être jamais où on l’attendait, sachant s’échapper des catégories où trop vite on aurait voulu la ranger. Telle était sa liberté, constamment revendiquée, mise au service de causes auxquelles elle croyait, en femme de gauche ardente, toujours rebelle à l’ordre établi comme à la routine. »

« Dans une société corsetée, elle aura montré à toute une génération de femmes le chemin de l’émancipation et de l’affranchissement, a rappelé l’ancien ministre de la culture Jack Lang. Envoûtante et inoubliable, Jeanne Moreau nous entraînera toujours dans le tourbillon de la vie pour nous émouvoir et nous émerveiller inlassablement. »

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a rendu hommage à une actrice dont le talent « a marqué la culture européenne » et dont le travail a « toujours reflété les valeurs de l’Union »« Jeanne Moreau a marqué avec son talent la culture européenne et son art continuera à charmer et à enchanter tous les publics bien après sa disparition », a-t-il affirmé dans un communiqué.

Le monde de la culture lui a également rendu hommage. Brigitte Bardot a salué la « personnalité hors du commun » de l’actrice, avec qui elle avait partagé l’affiche dans Viva Maria en 1965. « J’ai beaucoup de chagrin. Jeanne était avant tout une femme belle, intelligente, séduisante, avec une voix et une personnalité hors du commun, qui ont fait d’elle une actrice aux multiples facettes », a-t-elle souligné dans un communiqué.

« Jeanne Moreau a eu une vie extraordinaire. Je crois que tout le monde l’aimait. Je garde le souvenir d’une femme libre, d’une femme très libre (…) », a pour sa part dit l’acteur et réalisateur Jean-Pierre Mocky sur RTL.

Panthéon filmique

Jeanne Moreau passe une partie de son enfance à Vichy, avant de revenir s’établir avec sa famille à Paris, où elle achève ses études secondaires. A l’adolescence, elle se prend de passion pour le théâtre. A 19 ans, après le Conservatoire, elle fait ses débuts à la Comédie-Française, qui représente pour elle « la discipline, l’exactitude ». Un choix que désapprouve son père, qui la jette dehors.

Un antagonisme profond la sépare de son père, « un homme élevé par des parents du XIXe siècle » qui supportait également mal que sa femme lui échappe. « Ça m’a rendue enragée de voir comment une femme pouvait se laisser malmener », confiait-elle. Son goût pour la lecture lui vient de son oncle, « un homme extraverti » qui lui donnait des livres – « ce qui était interdit, j’ai toujours lu en cachette » –, et lui payait des cours de danse. « J’ai découvert la sexualité sur le tard, à travers les livres et parce qu’on a vécu dans un hôtel de passe à Montmartre » à Paris, s’amusait cette grande séductrice.

C’est sur les planches qu’elle fait ses premiers pas – elle jouera dans une soixantaine de pièces tout au long de sa carrière. En 1946, elle rentre comme auditrice au Français. Elle se fait remarquer quelques années plus tard alors qu’elle joue le rôle d’une prostituée dans la pièce d’André Gide Les Caves du Vatican, mise en scène par Jean Meyer en 1950.

Un an plus tôt, elle entame une carrière au cinéma, avec Dernier amour, de Jean Stelli, sorti en 1949. La même année, Jeanne Moreau se marie avec l’acteur et réalisateur Jean-Louis Richard et donne naissance à leur fils, Jérôme, avant de divorcer en 1951. Plus tard, son ex-époux devient le coscénariste attitré de François Truffaut, sous la direction duquel Jeanne Moreau tourneraen 1962, Jules et Jim, l’histoire d’un triangle amoureux tragique. Elle y chante Le Tourbillon de la vie et incarne une amoureuse affranchie, emblématique des héroïnes modernes qu’elle va régulièrement camper pour le cinéma.

Mais c’est avant sa rencontre avec le réalisateur des Quatre cents coups qu’elle joue un rôle décisif pour sa carrière, celui d’une amante complice du meurtre de son mari, dans Ascenseur pour l’échafaud, de Louis Malle, sorti en 1957.

Les années 1960 sont fastes et assoient son statut de star internationale. Elle tourne Le Procès (1962), sous la direction d’Orson Welles, avec qui elle tournera de nombreux films, dont Une histoire immortelle. Fidèle à ses metteurs en scène, à qui elle a apporté sa confiance avant qu’ils n’entrent au panthéon des cinéastes, elle retrouve Louis Malle pour Les Amants (1958), Le Feu follet (1963) et Viva Maria ! (1965). Arborant une chevelure blond platine, elle se transforme pour les besoins du film de Jacques Demy La Baie des Anges (1963), où elle incarne une flambeuse doublée d’une femme fatale.

Tout au long de sa carrière, elle s’entoure des plus grands réalisateurs, comme Buñuel, dans Journal d’une femme de chambre, Antonioni dans La Notte,Losey dans Eva ou, plus tard, Wenders dans Jusqu’au bout du monde. En 1974, elle donne la réplique à Gérard Depardieu et Patrick Dewaere, dans Les Valseuses, de Bertrand Blier. Le film fait scandale.

Multiples récompenses

Deux ans plus tard, elle passe à la réalisation, avec Lumière, un film sur l’amitié féminine dans lequel elle se met en scène au côté, notamment, de Lucia Bosé, sa partenaire dans Nathalie Granger. Dans ses autres films et documentaires, elle rend hommage aux actrices de son époque.

En 1992, elle reçoit le César de la meilleure actrice pour La vieille qui marchait dans la mer, un film réalisé par Laurent Heynemann. Lauréate du prix d’interprétation féminine 1960 à Cannes pour Moderato cantabile de Peter Brook, elle fut la seule comédienne à avoir présidé deux fois le jury de ce festival, en 1975 et 1995. Elle y a aussi été plusieurs fois maîtresse de cérémonie. En 1998, elle obtient un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, ainsi qu’un César d’honneur en 1995. Plus de dix ans plus tard, elle reçoit un « Super César d’honneur » lors des César 2008.

A la veille de ses 80 ans, elle reconnaissait avoir vécu dans son métier des moments de passion qu’elle n’avait pas vécus dans sa vie. « On dit toujours qu’en vieillissant les gens deviennent plus renfermés sur eux-mêmes, plus durs. Moi, plus le temps passe, plus ma peau devient fine, fine… Je ressens tout, je vois tout », notait-elle avec son phrasé inimitable.

Source: http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2017/07/31/jeanne-moreau-est-morte-a-l-age-de-89-ans_5166891_3382.html#gvMvSG7f48wyZTUU.99

Listen to Your Elders, petits cons

Following the news from far away can sometimes distort reality. Granted reality can be distorted from any distance; therefore it is our duty to cross-check given facts to hopefully get a better ‘bigger picture’.

When the NYT reported about French youth voting for Le Front National, we must not forget that they actually voted en masse for another candidate (Jean-Luc Mélanchon) who is now out of the game [for actual numbers, look at the second table or see below]. Who will ces jeunes vote for in the second round of the French 2017 presidential election? We will know soon enough.

sociologie_electeurs_2017Prez

 

 

 

 

 

 

 

In the meantime, à la Georges Brassens, I have an impartial message to that jeunesse: Listen to your elders who, unlike you, have been there and have done a little of that. Here is an article on past résistants and concentration camps survivors who, unsurprisingly, warned us against the party of ‘hate and exclusion’.

Article PDF version: Anciens_resistants_deportes_alertent_contre_extreme_droite (source: Le Monde, 30.04.2017)

Victoires de la musique 2017

Victoires de la musique : Renaud et Jain sacrés meilleurs artistes de l’année
Les deux chanteurs ont été sacrés meilleurs artistes masculin et féminine de l’année vendredi soir au Zénith de Paris.

Le Monde.fr avec AFP | 10.02.2017 à 23h53

La chanteuse Jain sur scène lors des Victoires de la Musique, le 10 février 2017 à Paris.
Une jeune reine et un phénix : Jain et Renaud ont été sacrés artistes féminine et masculin aux 32e Victoires de la musique, vendredi 10 février au Zénith de Paris.

Le retour en grâce est complet pour Renaud, honoré par la profession après avoir une nouvelle fois conquis le public avec son album éponyme, le plus vendu en France en 2016 (730 000 ventes). L’auteur-interprète de 64 ans reçoit cette récompense majeure pour la deuxième fois après 2003. Cette Victoire est la sixième toutes catégories confondues. Renaud est bel et bien Toujours debout après sept ans d’absence au cours desquels il a sombré dans les excès et la dépression.

« Je remercie le public, mon public. Les votants. Cette Victoire, je la dédie à mon équipe, à mon fils Malone et à ma fille Lolita », a déclaré le successeur de Vianney au palmarès, dans un message vidéo enregistré à Nantes où il se trouvait en tournée.
Benjamin Biolay, battu, s’est consolé en remportant la catégorie album de chanson pour « Palermo Hollywood ».

Jain n’imaginait pas gagner

Avant cet épilogue d’une soirée qui a traîné en longueur (presque quatre heures), la consécration suprême chez les artistes féminines est allée à la chanteuse Jain, qui vient de fêter ses 25 ans. Elle s’est imposée devant Véronique Sanson et Imany.

« Je n’ai rien préparé, je pensais que ce serait la grande Véronique Sanson qui gagnerait. Je ne pensais pas qu’un album aussi multiculturel marcherait en France », a déclaré celle dont l’album Zanaka a été certifié double disque de platine (200 000 ventes).
L’auteure-interprète originaire de Toulouse, qui chante sa pop-world en anglais, a même réalisé un beau doublé en s’adjugeant la Victoire du clip pour sa chanson Makeba. Elle marche sur les pas de Christine and the Queens, qui avait remporté les mêmes récompenses en 2015.

Soutiens à Théo

Si les sacres de Jain et Renaud étaient les instants les plus attendus, la soirée a également vu deux prises de parole en soutien à Théo L., le jeune homme de 22 ans brutalement interpellé à Aulnay-sous-Bois la semaine dernière.

« On se doit de demander des comptes à nos élites, des comptes à la police, de demander la justice pour Théo, pour Adama (Traoré, mort lors de son interpellation en juillet 2016), la justice pour tous ceux dont on ne parlera pas, pour vous et pour moi », a lancé la chanteuse Imany au milieu de son titre Don’t be shy, chanté en direct. Plus tôt, un des co-réalisateurs du clip de Jain, Olivier Bassuet, a réclamé justice dans cette affaire. « On n’est pas des bamboulas, on est tous des Théo, on croit en la justice », a-t-il lancé au public du Zénith.

Entre-temps, les Victoires ont pris un coup de jeune, sous les yeux de plusieurs personnalités, parmi lesquelles Benoît Hamon et Audrey Azoulay, assise aux côtés du rappeur MC Solaar.

« Les Victoires ont brillamment démontré la créativité et l’ouverture de la scène musicale française, qui accueille les sons et les rythmes du monde entier et dont le rayonnement s’étend bien au-delà de nos frontières », s’est félicitée la ministre de la Culture, dans un communiqué.
Vianney confirme

Symboles de ce palmarès transgénérationnel, Calypso Rose, alias la Trinidadienne Linda McArtha Monica Sandy-Lewis, 76 ans, et le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf ont respectivement décroché les Victoires de l’album musiques du monde et du spectacle musical.

Chez les jeunes, Kungs (20 ans) s’est imposé dans la catégorie album électronique.

Jul (27 ans), l’artiste le plus streamé de France depuis deux ans, a remporté la catégorie musiques urbaines. Le groupe Radio Elvis a glané l’album révélation, tandis qu’un autre trio, de filles cette fois, L.E.J. a empoché la révélation scène.

Quant à Vianney, sacré artiste masculin l’an passé, il s’est offert à 25 ans seulement sa deuxième Victoire pour la chanson originale Je m’en vais.

A côté de ces gamins, les trois membres de Louise Attaque, la quarantaine bien tassée, font figure de vieux briscards. Mais ils règnent plus que jamais sur le rock français, puisqu’ils se sont imposés avec leur album Anomalie.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/musiques/article/2017/02/10/victoires-de-la-musique-jain-sacree-artiste-feminine_5078017_1654986.html#6DUcVaoGFRSqyRuH.99